Patrimoine

Allée couverte de Crec’h Quillé (Krec’h Kile)

Ce monument est une ancienne sépulture collective datant d’environ 2200 ans avant Jésus-Christ. Redécouvert en 1961 par un instituteur le site fera l’objet, entre 1963 et 1966, de fouilles puis d’une restauration qui ont permis de découvrir des outils polis ou en silex ainsi que des vases, des bols et des éléments décoratifs (pendeloques en schiste). Il est orienté est-ouest et comporte une entrée latérale en face de laquelle la déesse mère est représentée gravée dans la pierre sous forme d’une poitrine et d’un collier.


Église paroissiale Saint-Quay

L’église, le clocher-porche, avec ses deux tourelles, date de 1672 – XVIIème et XIXème siècles. On y trouve plusieurs reliques dont celles de Saint-Méen, de Saint-Jude et de Saint-Judicaël. Le campanile de l’église, détruit par la foudre le 19 novembre 1880, a été reconstruit en 1882.

L’église paroissiale de Saint-Quay est un édifice construit au cours du 3ème quart du 17ème siècle. Une pierre placée au-dessus de l’entrée de la sacristie porte l’inscription  » Faict faire Par Missire Y. I. Janou recteur 1672  » .
Le clocher présente la date 1732 sculptée au-dessus de l’entrée, ainsi que les armes de la famille Rosambo, seigneur de la paroisse en 1695.

Le millésime 1842 figurant au-dessus de la porte ouvrant la nef au sud corrobore l’ idée que l’église a été restaurée cette année-là . Ces travaux de restauration sont à mettre en relation avec l’ordonnance du 19 juin 1841 érigeant Saint Quay-Perros au titre de paroisse succursale de la cure de Perros-Guirec. Enfin, le clocher, détruit par la foudre le 19 novembre 1880, a été reconstruit en 1882.

Commentaire descriptif :

L’église paroissiale Saint-Quay est un édifice orienté à vaisseau unique construit en mœllons de granite. Édifiée dans un enclos surélevé, elle est constituée d’une nef, de deux transepts et d’un chœur prolongeant le vaisseau principal. Elle comprend une sacristie , ainsi qu’une chapelle des fonts. Le massif occidental est composé d’une tour centrale portant une galerie à balustrade en encorbellement et un clocher à trois baies et présente, sur chaque côté, une tour circulaire abritant un escalier en maçonnerie.

Plusieurs éléments de décor sont visibles tant à l’intérieur qu’à l’extérieur : tête d’ange, armes des seigneurs de Rosambo sculptées en haut-relief, blasons sculptés en bas-relief au chevet, baies en arc brisé.

Saint Quay-Perros conserve l’un des rares cimetières encore présent à l’intérieur d’un enclos paroissial.

Situation juridique: Propriété de la commune.

Eglise, cimetière et presbytère sont inscrits à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté le 18 juin 1946.


La Chapelle de Saint Méen

Historique

Chapelle seigneuriale datant de la 1ère moitié du 16e siècle et croix datant probablement du 17e siècle. Un acte daté de l’année 1538 mentionne la concession de deux tombes aux seigneurs de Kerhingant pour avoir contribué à sa réédification.

Description

La chapelle de Saint-Méen est un édifice de style gothique régional édifié en granite . Dotée d’une aile au sud, elle présente, à l’ouest, un mur-pignon couronné d’un clocher à baie unique accessible par un escalier. Édifié en grand appareil de granite et cantonné de deux contreforts angulaires, ce mur-pignon est ouvert d’une porte à arc surmontée d’une archivolte à crochets et fleuron retombant sur des pilastres couronnés de pinacles. Les rampants sont également ornés de crochets.

Situation juridique

Propriété de la commune.


Les fontaines

Fontaine Sainte-Marguerite

La statue de Sainte-Marguerite qui occupait à l’origine la niche du fronton triangulaire a disparu.

Patronne de la paroisse, sainte Marguerite est invoquée pour de bons accouchements car, selon la légende, elle sortit indemne des entrailles d’un dragon. Un lavoir dallé de 5 mètres sur 2,3 s’étend sur la gauche de la fontaine.

 

Fontaine de Zalo


Les lavoirs


Cadastre du 30 Thermidor An 12

Saint-Quay-Perros